jeudi 20 mars 2008

Je suis un dangereux terroriste !

Attention, je suis dangereux terroriste, pire, je fais dans l'espionnage économique... Sérieux? oui ! Je m'explique... Hier,enfin un peu de soleil, je baguenaude dans Dunkerque... A force, j'en connais tous les recoins, même les plus anodins... Décidé à aller jeter un oeil à ce qui reste du Dyck dont un ami m'avait dit qu'on le dépeçait littéralement à la pelleteuse (conception de la sauvegarde du patrimoine propre à Dunkerque, on laisse se dégrader et après on jette), je passe par le centre Marine qui occupe la place Wilson... quelques phtos de mannequin faites, on ne me dite rien, je me rends sur les darses et au retour, dans le centre commercial, je vois un mannequin dont la pose m'amuse, je vise, je shoote et là, deux gorilles me tombent dessus. S'ensuit un moment de pur irréalisme digne des Monthy Python.
- vous n'avez pas le droit de faire des photos
- je sais, il y a un droit sur le batiment qui le protège mais je photographie le mannequin
- oui mais vous photographiez la vitrine!
- oui mais pas le batiment, je sais qu'ici on n'a pas le droit
- vous devez effacer vos photos parce que vous n'avez pas le droit, la vitrine fait partie du magasin
- bof, on ne voit même pas le montant de la vitrine
- oui mais l y a un droit sur l'agencement des vitrines
- peut-être mais je ne photographie que la tête du mannequin
- vous n'avez pas demandé l'autorisation
- personne ne m'a rien dit alors que je suis devant la vitrine
- si vous voulez, on peut aller voir le chef au PC

De guerre lasse j'ai effacé les photos et suis parti, m'en fous, il y a des endroits plus accueillants à Dunkerque... N'empêche, quand il y a des agressions dans le périmètres, interviennent ils si vite? Put... qu'est ce que je risque gros quand je photographie la Porte de Berry que l'architecte a "mis en valeur" en collant son hangar à trois mètres d'elle. A la prochaine photo, préparez les oranges à m'apporter à la Centrale de Loos... Très fort cet architecte, il dessine et créé jusqu'aux mannequins des vitrines et conçoit même les étiquettes des marchandises... L'homme universel qui nous manquait et le début de la dictature... Franchement à deux sur ma tronche, ça m'a rappelé les banlieues les plus chaudes !
Soyez assurés, les gars, je ne suis plus prêt de dépenser une tune dans votre centre commercial, comme ça je ne risquerai pas les mises en inculpation pour viol du droit à l'image des mannequins de celluloïd ...

5 commentaires:

jld59140 a dit…

Quel beau pays que la France, la liberté qu'on y applique risque d'en étonner plus d'un....!

Anonyme a dit…

Les appareils photos numériques sont considérés comme des espaces de stockage au même titre que les clés USB ou les disques durs.
Il suffit de connecter son appareil photo directement au PC ou mettre sa carte mémoire dans son petit lecteur de carte. Puis on peut utiliser un logiciel freeware comme easy recovery qui pourra récupérer les fichiers supprimés sur la carte mémoire.
Ainsi, on pourra supprimer ses photos tranquillement en évitant d'énerver le boubourse de la sécurité.

R.H.

Anonyme a dit…

J'ai eu le même coup lors d'un voyage de collégiennes à Londres on rigolait alors à se prendre en photo devant le miroir en portant les chapeaux, mais je ne vois nullement un paralèlle avec les benlieues les plus chaudes ???
Moi j'ai bien pu photographier les mannequins des plus beaux quartiers parisiens sans soucis de nuit avec mon portable.

histoiresdunord a dit…

quand je parle des banlieues les plus chaudes, c'est que dans celles ci je me suis parfois retrouvé avec plusieurs vigiles sur le dos pour des contrôles anodins... mais là, quand j'ai demandé l'intervention policière, ça a vite calmé les choses... amusant

Anonyme a dit…

Déplorable... et c'est pas le Tibet le Pole Marine.