dimanche 12 août 2007

Au fur et à mesure que je balade ma vieille carcasse sur les plages et ports de la région, que je prends mes clichés, je prête de plus en plus d'attention aux mouettes et aux goélands. Et je les envie pour leur liberté, leur capacité à quitter les endroits qui leur déplaisent pour aller explorer d'autres horizons, sans attaches, sans remords, sans regrets... Et d'attendre avec impatience le jour prochain où je pourrai être des leurs.

1 commentaire:

Celia a dit…

Interesting to know.